top of page

Je suis nul(le)... reconnaître le sentiment pour mieux avancer



Je remarque souvent avec mes clients ou étudiants que peu font la différence entre : je suis nulle et je me sens nulle. L'insécurité affective, cet insidieux compagnon nous murmure que nous ne sommes pas à la hauteur, que nous ne sommes pas dignes d'amour, que nous ne valons rien... Ces pensées destructrices, omniprésentes dans nos esprits, nous maintiennent dans un cercle vicieux de doutes et d'inaction.


Pourtant, il est crucial de réaliser que ces pensées ne reflètent pas notre valeur intrinsèque, mais plutôt nos peurs et nos incertitudes intérieures. Elles ne définissent pas qui nous sommes réellement, ni notre véritable potentiel.


1. La perception de soi : Commençons par dissocier notre perception de soi de nos émotions. Dire "je suis nul(le)" ne signifie pas que nous le sommes réellement, mais plutôt que nous nous sentons ainsi à un moment donné. Cette distinction est essentielle pour comprendre que nos émotions fluctuent, mais notre valeur reste constante.

 

2. L'impact sur nos actions : Ces pensées d'insécurité peuvent grandement entraver notre capacité à agir. Elles nous poussent à nous replier sur nous-mêmes, à éviter les défis et à saboter nos propres succès par crainte de l'échec ou du jugement des autres.


3. La nécessité de reconnaître et d'accepter : Il est primordial de reconnaître nos pensées d'insécurité sans les juger. En les acceptant comme de simples pensées, nous pouvons commencer à les observer objectivement et à remettre en question leur validité.


4. Le pouvoir de l'affirmation et de l'action : En prenant conscience de nos pensées et en les remplaçant par des affirmations positives, nous pouvons réduire leur emprise sur nous. De plus, passer à l'action malgré nos peurs renforce notre confiance en nous-même et nous aide à surmonter progressivement nos craintes.


Posez vos questions : Avez-vous des questions sur la gestion de vos émotions au travail ou sur la manière de surmonter le sentiment de non-valeur ? Envoyez-moi un message directement ou partagez-les dans les commentaires. Je me ferai un plaisir d'y répondre dans les prochaines newsletters.

Comentarios


bottom of page